Le contrôle des eaux

Ressource vitale par excellence, l’eau embouteillée est soumise à de nombreux contrôles pour assurer le consommateur de la qualité sans faille de son produit. De la source à la bouteille, de nombreux acteurs veillent.

L’excellente qualité des eaux

Chaque année, près de 2 500 visites des ARS ou d’un laboratoire agréé par le ministère chargé de la santé sont effectuées au titre du contrôle sanitaire dans l’ensemble des usines de conditionnement d’eau.

Au total, pour l’ensemble des 189 eaux conditionnées répertoriées en France, près de 2 800 prélèvements d’échantillons d’eau sont réalisés sur les eaux embouteillées permettant de recueillir près de 96 000 résultats analytiques.*

Ces tests démontrent que les eaux conditionnées témoignent d’une excellente qualité microbiologique et physico-chimique.

En plus des contrôles des ARS, les exploitants sont tenus à des autocontrôles quotidiens de leur source et de la qualité de l’eau. En fonction des sites d’embouteillages jusqu’à 11 000 analyses par jour peuvent être effectuées.

De ce fait, les professionnels de l’eau conditionnée ont une connaissance unique de la géologie d’où émane la ressource qu’ils embouteillent. Les données détenues par les adhérents du Syndicat des Eaux de Sources et des Eaux Minérales Naturelles constituent une banque de données unique de notre sous-sol national.

*Source : étude annuelle de l’ARS

Le processus de contrôle des eaux

Le code de la santé publique prévoit de nombreuses dispositions législatives et réglementaires pour assurer le contrôle sanitaire des eaux conditionnées. Ce contrôle, réalisé par les Agence Régionale de Santé (ARS), prévoit des prélèvements d’échantillons d’eau au niveau du captage de l’eau, en cours de production et lors de son conditionnement. Il s’ajoute aux mesures de sécurité sanitaire mises en œuvre par l’exploitant et à sa réalisation d’un programme d’analyses de la qualité des eaux.

Les prélèvements sont ensuite analysés par un laboratoire agréé par le ministère chargé de la santé selon des modalités prévues par la réglementation européenne.

Au total, plus de 70 paramètres réglementés peuvent être recherchés. Il s’agit notamment de paramètres microbiologiques, physicochimiques généraux, minéraux, organiques et de paramètres indicateurs de radioactivité.

Les acteurs du contrôle de l’eau

L’ARS

L’ARS (Agence Régionale de Santé) a toutes les compétences pour valider l’autorisation d’exploitation d’une source.

L’ARS a compétence sur toute l’hygiène des installations, la qualité de l’eau et exerce son contrôle depuis le captage jusqu’à la production d’eau.

Elle fait réaliser les analyses du contrôle obligatoire par des laboratoires agréés pour le contrôle sanitaire des eaux suivant des fréquences établies en fonction du volume de production quotidienne.

Les laboratoires agréés par le Ministère chargé de la Santé doivent être accrédités COFRAC.

Elle prend aussi en compte partiellement, dans certaines conditions, les analyses d’autocontrôle des exploitants réalisés dans leurs laboratoires internes.

La DGCCRF (au sein de la DDPP)

La DDPP (Direction Départementale de la Protection des Populations) a pour vocation de contrôler la conformité de l’eau commercialisée, que ce soit au niveau de l’eau comme de l’emballage. Elle prélève des échantillons dans le commerce et procède à ses analyses dans ses laboratoires.

La DDPP vérifie en outre la conformité des étiquettes des bouteilles.

L’inspection de l’Environnement

L’Inspection de l’Environnement, spécialité « installations classées », autrefois dénommée « Inspection des Installations Classées » exerce des missions de police environnementale auprès des établissements industriels et agricoles au sein des DDPP.

Ces missions visent à prévenir et à réduire les dangers et les nuisances liés aux installations afin de protéger les personnes, l’environnement et la santé publique.

Les laboratoires

Un contrôle de qualité est effectué journellement dans le laboratoire intégré de l’usine, des échantillons quotidiens y sont préservés dans l’attente de contrôles éventuels. Pièce essentielle de la politique qualité, ce laboratoire réalise quotidiennement de très nombreuses analyses microbiologiques et physico-chimiques au titre de l’autocontrôle.

Et pour garantir la qualité de leurs analyses, des inter-calibrations sont faites régulièrement avec le laboratoire agréé par l’Administration pour le contrôle sanitaire. Mais l’exploitant peut très bien confier son autocontrôle au laboratoire agréé.